An 2110

Corps synthétique

Un texte de Valentin

BTS CIM2 du Lycée Mendès-France de Vitrolles

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Je me souviens de ce jour, c’était le mardi 14 octobre 2110, on recevait une livraison très spéciale au centre, le genre à être gardée par une dizaine de gardes de sécurité et une triple sécurité. A l’intérieur, il y avait un corps synthétique, une œuvre de technologie, une création, issue d’une collaboration entre des ingénieurs de l’Institut Technologique lunaire et de divers médecins spécialistes, à ce que j’ai entendu dire. La première fois que je l’ai vu, au lieu d’être ravi comme mes collègues, j’ai eu une mauvaise intuition.

Je m’attendais à un martyr de la guerre ou à un patient en état végétatif, mais à la place, c’était un enfant atteint d’un cancer incurable envoyé par le gouvernement pour offrir une belle image auprès du public et des medias. Je vais pour lui parler, je le vois, il a l’air chétif et le regard blanc et les premiers mots qu’il dit sont : « Pourquoi je suis ici » ? d’un air vide, comme s’il avait déjà accepté son sort. Et d’un coup, ce corps synthétique animé par la conscience de l’enfant maitrisa et élimina chacun des gardes de sécurité, un à un, et fonça vers le cœur du centre tout en bloquant chaque accès, et accéda ensuite au système d’alimentation relié à un réacteur nucléaire et actionna  l’autodestruction du centre. Les derniers mots de l’enfant furent : « Je fais cela pour votre bien ». Et la dernière chose que je vis fut un cratère, je n’entendis plus rien après le bruit de l’explosion et je réalisai que tout avait disparu et que j’étais le seul survivant de ce désastre.