An 2150

Vault Corp

de Guillaume et Paul

BTS CIM2 du Lycée Mendès-France de Vitrolles

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Dans les années 2150, la terre a été ravagée par une guerre opposant les Etats-Unis et la Chine, nouvelle puissance mondiale grâce à ses nombreuses innovations technologiques et sociales, la population de ce pays ayant été stabilisée. A travers tous les Etats-Unis, des abris anti-atomiques de grand luxe ont été construits par une entreprise privée, Vault Corp, qui avait senti venir la guerre.

Moi, je suis un habitant de ces abris, l’Abri 205. J’ai été choisi parmi 150 heureux élus au sein de la ville de New York ; enfin, « heureux » est un bien grand mot. Nous étions à l’abri des radiations, certes, mais nous étions surtout des cobayes. Pendant 240 ans, nous étions maintenus en vie artificiellement grâce à des machines indescriptibles. Nous n’étions pas endormis mais dans un état de semi-transe qui nous permettait de comprendre ce qu’il se passait. Mais impossible de bouger ou de parler, seulement de respirer.

Je n’avais plus d’identité, j’étais juste un matricule, le matricule 102B45M. Un jour, je fus libéré par un évadé avec une vingtaine d’autres habitants de l’abri et nous nous sommes évadés. La première chose qui me frappa, c’était qu’aucune plante n’avait poussé depuis l’incident. Je remarquai ensuite que personne de l’abri n’avait l’air d’avoir vieilli et que nos capacités physiques étaient restées comme au premier jour.

Nous fîmes alors face à un groupe de personnes armées et protégées par des objets visiblement de récupération. Rien n’avait alors été produit depuis l’incident ? Mais pas le temps d’y réfléchir : nous étions attaqués par le groupe. Mon groupe fut très rapidement capturé et entraîné dans un bâtiment en ruine. Un fuyard fut abattu sans avertissement. Je réussis à m’échapper avec mon ami qui est avec moi depuis plus d’un siècle ; personne le voit mais je sais qu’il est là, il me parle.

Bonsoir, cela fait longtemps que l’on ne s’est pas vus tous les deux, désolé j’étais occupé avec mon ami. On a trouvé ce joli petit endroit, du grand luxe, j’ai même un lit avec un matelas douillet et des stocks de viande dans le réfrigérateur. Nous avons de quoi vivre pendant un moment. A ce que j’ai entendu, du gibier a été aperçu non loin de notre petit nid. J’irai demain à l’aube ; pour le moment, bonne nuit.

Voilà ce que j’ai lu dans le journal que j’ai trouvé dans une cave, il y avait autour une paillasse et une caisse remplie de membres humains vêtus d’armures de fortune.